French (Fr)English (United Kingdom)Bichelamar (Vanuatu)
You are here: Home Culture Interview de Fuego Ritano
Interview de Fuego Ritano

Les Fuego Ritano arrivent à Port-Vila !

Ils joueront pour vous le vendredi 10 février à l’Alliance Française avec en première partie DropVkal à 18h. Kava et rafraichissement prévus.

Ainsi que le samedi 11 février à 17h au Tamanu on the Beach.

En attendant leurs concerts, Doulen, guitariste et chanteur des Fuego Ritano, a répondu à nos questions :

Pouvez-vous nous présenter les membres de votre groupe ?

Il y a Joémy Batista à la guitare solo et moi Doulen à la guitare et au chant.

Comment avez-vous eu l’idée de ce groupe Fuego Ritano ?

L'idée est venue il y a près de 20 ans pour une question d’argent. 

Nous sommes musiciens de génération en génération, mon père et mes frères jouent et chantent aussi, et le grand père maternel de Joémy n'est autre que la légende du flamenco Manitas de Plata. Chez nous la musique est un travail pour nourrir la famille.

Quel est le parcours de votre groupe ?

Et bien en 18 ans le groupe a évolué vers des scènes étrangères et de grandes scènes locales. Nous avons évolué également de par le nombre de musiciens qui peut atteindre 8 à 10 personnes pour les grosses formations. Joémy, de guitariste accompagnateur est devenu un soliste très très rapide et très précis. Son jeu est aérien et efficace.

Que préférez-vous dans votre métier ?

Voir le public qui danse, heureux, ainsi que les échanges entre musiciens. Nous ne connaissons pas véritablement la musique, nous jouons comme nous avons vu faire et ainsi, nous avons évolué à notre manière. Je pense donc que c'est pour cela que les gens aiment bien notre musique, nous sommes universels par notre tradition orale.

Quelle est votre meilleure expérience sur scène ?

Je ne sais pas quelle est la meilleure car il y a eu beaucoup de bons moments mais je pense que la tournée que nous avons faite à Tahiti en 2010, il me semble, était une très belle tournée.

Et votre pire ?

Il n'y pas eu de pire réellement mais c'est l'angoisse à chaque fois que nous prenons l'avion. Déjà, nous ne sommes pas sereins et nous avons peurs pour nos guitares. Surtout depuis le jour où j'ai retrouvé la mienne cassée à Nouméa après une tournée en Australie. Là tu deviens fou de rage et tu n'as qu'une seule envie c'est de retrouver celui qui a jeté la guitare.

Quelles sont vos inspirations ?

Au niveau musique, c'est Manitas de Plata pour sa fougue et sa connaissance sanguine de la guitare, Paco de Lucia bien sur qui est un génie, les Gipsy Kings qui ont transformé notre musique dans le bon sens, Eric Clapton et les chanteurs noirs américains de blues et de soul. Le flamenco et le blues sont comparables dans leur histoire et dans le message qu’ils véhiculent.

Que préférez-vous jouer ?

Je ne sais jouer que de la guitare mais je vais me mettre au piano car je veux essayer depuis longtemps.

Vous avez remporté le Prix Musiques du Monde aux Flèches de la Musique 2016, pouvez-vous nous parler de cette récompense ?

Nous en sommes très fiers. Cela couronne le travail que nous effectuons depuis longtemps et également de tout ceux qui ont contribué de près ou de loin à cet album. D'ailleurs, cet album sera en vente lors de nos deux concerts à Port-Vila.

Avez-vous des projets particuliers pour la suite ?

Je voudrais exporter mon groupe de par la Mélanésie et le Pacifique car c'est une musique qui plait. Donc pour cela il nous faut des contacts. Nous avons le soutien de l'Alliance Française de Port-Vila, et c'est déjà très très bien. Nous avons également le Poemart qui nous aide et qui est d'ailleurs partenaire de ce projet au Vanuatu et que l'on remercie. Ensuite, il va y avoir un gros concert filmé pour la TV à Nouméa le 9 juin lors duquel nous allons partager la scène avec un autre groupe de Flamenco.

La tournée des Fuego Ritano est organisée avec le soutien du Poemart, la Coopération régionale Nouvelle-Calédonie France Vanuatu, Vila distribution et Tamanu on the beach.