French (Fr)English (United Kingdom)Bichelamar (Vanuatu)
vous êtes ici: Accueil Culture
Magazine
Pas de Fête de la Musique, sans un bon son!

Comme les années précédentes, c’est l’entreprise MASTERSOUNDS qui gèrera le son et la lumière pendant le traditionnel événement musical de l’année. Nous avons posé quelques questions à Darren, son directeur.

Choisis un mot pour décrire ce que représente pour toi la fête de la musique :

Joie

D’où viens-tu ?

Mes parents sont d’Asie et d’Australie, mais je suis né et j’ai grandi au Vanuatu, j’ai toujours vécu ici.

Peux-tu nous présenter ta compagnie en quelques mots ?

Ma compagnie s’appelle Mastersounds. Nous proposons des services d’enregistrement en studio et d’installations sonores.

Tu es aussi un musicien, quel genre de musique joues-tu ? As-tu un groupe ?

Je joue de la guitare basse dans un groupe qui s’appelle “KRK”, nous mélangeons du reggae avec des instruments locaux.

Depuis combien de temps ton entreprise Mastersounds gère-t-elle le son pour la Fête de la musique?

L’équipe de Mastersounds et moi-même nous occupons de la production de la Fête de la Musique depuis 2011 déjà.

Combien de personnes travail sur les scènes de l’événement ?

Le staff pour deux scènes est composé d’une dizaine de personnes. Ce qui n’inclut pas le gros travail de l’équipe de l’Alliance française qui joue un rôle essentiel dans le bon déroulement de l’événement.

D’après toi, qui y t-il de spécial pour la Fête de la musique par rapport aux autres concerts ?

Je pense que ce qui fait de la Fête de la Musique un événement spécial et différent des autres festivals, c’est que tout le monde peut jouer. Il n’ y a pas de pré-requis comme avoir fait un album, ou ce genre de choses. Si tu peux jouer d’un instrument ou chanter, tu peux participer.

Retrouver Mastersounds sur Facebook

La Fête de la Musique aura lieu vendredi 17 juin de 18h à minuit. Restez connectés pour ne pas rater les actualités sur la programmation. Rendez-vous sur notre site et sur Facebook!

La Fête de la musique est organisée par l'Alliance française et son partenaire Tusker, avec le soutien du Gouvernement de Nouvelle­Calédonie, de la Coopération régionale Nouvelle­Calédonie / France / Vanuatu, du Poemart, de l'Ambassade de France, de la Municipalité de Port­Vila et le parrainage de la BRED, Unelco, MP Ralph Regenvanu, Menuiserie David Girardeau, Yellow pages, Vanuatu Infos, Pacific Suppliers, Vate Electrics, Lava Lounge.

 

 
 
Stephanie Ephraim représentante du Vanuatu au Concours photo international de la Fondation Alliance française à Paris


Stephanie Ephraim est la gagnante sélectionnée par l’Alliance française de Port-Vila pour représenter le Vanuatu au Concours photos international « Objectif sport » lancé par la Fondation Alliance française à Paris !
Avec un jury composé de professionnels de la photographie et de la culture, l’Alliance française de Port-Vila a sélectionné trois gagnantes : Stéphanie Ephraim 1er prix, Elsie Molou second prix et Hélène Corrigan 3e prix. Celles-ci se sont vues remettre une somme d’argent ainsi que des livres de photographie.
Les photos des cinq premiers sélectionnés (avec Gwen Rory 4e et Marc-Antoine Morel 5e) ont été exposées lors de la remise des prix le vendredi 27 mai dernier, en ouverture de la traditionnelle soirée French Touch à l’Alliance française. Le fundraising de l’événement était au profit du projet « Vanuatu musique » des élèves du Lycée Louis-Antoine de Bougainville. Un très bon groupe de string band composé de lycéens de l’établissement a ouvert la soirée en musique !
Un jury se réunira à Paris afin de déterminer le gagnant du concours international, et le vainqueur gagnera un séjour d’une semaine à Paris. 40 œuvres seront sélectionnés par le  jury de la Fondation pour une exposition collective qui pourra être accueillie gracieusement par les Alliances françaises de l’étranger. Par ailleurs, le mercredi 8 juin à 17h, les œuvres de nos cinq photographes en herbe feront l’objet d’une exposition à la Fondation Suzanne Bastien.  A l’issue de celle-ci ils pourront récupérer leurs photographies A3 offertes par l’Alliance française de Port-Vila.
Souhaitons bonne chance à la jeune Stephanie Ephraim représentante du Vanuatu pour ce concours !
 
Cette année, la Fête de la musique accueille Julia Paul à Port-Vila !



Julia Paul est une jeune et talentueuse artiste du Pacifique en pleine ascension. Elle nous fait le plaisir de participer à la Fête de la Musique du Vanuatu avec ses musiciens.

Choisis un mot pour décrire ce que représente pour toi la fête de la musique:


En un mot…je choisirais le mot découverte ! Je suis très observatrice et cette fête est l'occasion de rencontrer un bon nombre d'artistes et des nouvelles choses.

D’où viens-tu ?

Je viens de Nouméa, la capitale de la Nouvelle-Calédonie.

Depuis combien de temps fais-tu de la musique ?

Ça fait une dizaine d'année que je joue de la guitare. Mon premier groupe remonte au lycée dans lequel je ne chantais pas encore et ce n'est qu'en 2011 que je me suis mise à la chanson et à la composition en participant au concours de la Nescafé Star.

Quel style de musique joues-tu ?

Je joue principalement du groove et aussi de la soul. Ce mélange de style représente bien ma musique.

Dans quel pays as-tu déjà joué? Est-ce que c'est la première fois que tu joues au Vanuatu ?

C'est la première fois que je joue hors de la Nouvelle-Calédonie et du coup au Vanuatu.

Pour toi qu'est-ce qui différencie la fête de la musique d'un simple concert ?

Je dirais le partage, c'est un des moments de l'année où tous les musiciens peuvent jouer et s'écouter entre eux. Lors de ces rencontres, on accorde beaucoup d'importance aux messages que nous font passer les artistes. La fête de la musique permet aussi aux musiciens d'être plus accessibles pour le public.

Qu'est-ce-que ça représente pour toi de jouer pour la fête de la musique au Vanuatu ?

Ce sera une grande chance de partir au Vanuatu avec mes deux musiciens, David Le Roy au clavier et Johan Cazalas à la batterie. Je pense que la fête de la musique sera une bonne occasion de rencontrer le public ni-vanuatu. Cette expérience nouvelle va être très enrichissante. Et je tiens aussi à remercier l'Alliance française pour cette opportunité.

Ne ratez pas Julia Paul, vendredi 17 juin à 20h sur la scène de l’Alliance française et pour le concert de clôture le samedi 18 juin au Lava Lounge.

Découvrez-la en vidéo ici

La Fête de la musique est organisée par l'Alliance française et son partenaire Tusker, avec le soutien du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie, de la Coopération régionale Nouvelle-Calédonie / France / Vanuatu, du Poemart, de l'Ambassade de France, de la Municipalité de Port-Vila et le parrainage de la BRED, Unelco, MP Ralph Regenvanu, Menuiserie David Girardeau, Yellow pages, Pacific suppliers, Vatu Electrics, Lava Lounge.

 
Kamel Zouaoui à bord de Pirogue 2016
Kamel Zouaoui participe à Pirogue, le premier Salon du livre de Port-Vila (20 au 24 avril). Il joue "Moi sage? T'es fou!", spectacle de contes le jeudi 21 à 17h30 à l'Alliance française (entrée libre et gratuite). Attention une fois le spectacle commencé les portes seront fermées.
Kamel Zouaoui sera ensuite en tournée sur Mallicolo, Santo et Tanna.
Découvrez cet auteur et ce spectacle en cliquant ici!
Retrouvez le programme de Pirogue en cliquant ici!

 
 
Nicolas Kurtovitch, invité de Pirogue, Salon du Livre de Port-Vila


 

Nicolas Kurtovitch écrivain de Nouvelle-Calédonie participe à Pirogue, Salon du Livre de Port-Vila.

« Ce qui est extraordinaire, ce n’est ni l’histoire ni l’enchaînement des situations, ni la rencontre irréelle avec cet homme, son silence et pour finir ses paroles de confiance. Non, l’extraordinaire, c’est que l’ensemble ait eu lieu. » écrit Nicolas Kurtovitch dans son recueil de nouvelles, Totem, paru en 1997.

Cet enfant de Nouméa né en 1955 est l’un des auteurs calédoniens parmi les plus prolifiques : depuis ses 18 ans et son premier recueil de poésie, Sloboda (1073), Nicolas Kurtovitch s’essaiera à différents formats : nouvelles donc, mais aussi romans, théâtre et livre jeunesse. L’auteur calédonien, qui marie au travers de sa prose, ses influences occidentales et océaniques, fut primée plusieurs fois : en 2001 il reçoit conjointement à d’autres auteurs le prix de la prose narrative du Salon du livre insulaire de Ouessant pour L’Arbre à souvenir dans lequel il a écrit quelques textes. Toujours lors du même salon, mais lors de l’édition 2003, il reçoit le prix de la poésie pour Le Piéton du Dharma. 5 ans plus tard il obtient le prix international de poésie Antonio Viccaro pour l’ensemble de son œuvre. En 2011 enfin, Nicolas Kurtovitch s’est vu remettre deux prix : le prix Popaï lors du Salon international du livre océanique pour son roman Les heures Italiques et le prix Vi Nimö pour son recueil de poésie Les arbres et les rochers.

Bibliographie :

Récits
Seulement des mots, Ed.de l'auteur, Aix-en-Provence, 1977.

Poésie
Sloboda, Ed.de l'auteur, Nouméa, 1973.
Vision d'Insulaire, Éditions St-Germain-des-Prés, Paris, 1983.
Souffle de la nuit, Éditions St-Germain-des-Prés, Paris, 1985.
L'Arme qui me fera vaincre, Éditions Vent du Sud, Nouméa, 1988.
Homme Montagne, Éditions Guy Chambelland, Paris, 1993.
Assis dans la barque, Éditions Grain de Sable, Nouméa, 1994.
Avec le masque, Éditions Guy Chambelland, Paris, 1997.
Dire le vrai / To Tell the Truth, édition bilingue de 18 poèmes avec Déwé Gorodé, Éditions Grain de Sable, Nouméa, 1999.
On marchera le long du mur, Librairie-Galerie Racine, Paris, 2000.
Poème de la solitude et de l'exil, Association Kalachakra, Nouméa 2001.
Autour Uluru, Éditions Galerie Racine, Paris, 2002. Photos Nicole Kurtovitch
Ode aux pauvres, Association Kalachakra, Nouméa, 2002.
Haïbun de Ouessant, Éditions Les Océaniles et Kalachakra, 2003
Le Piéton du Dharma, Éditions Grain de sable, Nouméa, 2003. Lauréat 2003 du Salon du livre insulaire d’Ouessant. 
Le dit du cafard taoïste, Éditions Kalachakra, 2005.
Cette poignée de main, Éditions Les Océaniles et Kalachakra, 2009
Les arbres et les rochers se partagent la montagne, Ed Vent d’ailleurs 2010 Lauréat du Prix Vi Nimö des lycéens en Nouvelle Calédonie 2011

Lauréat du Prix Antonio Viccario de poésie Juin 2008

Nouvelles
Forêt, Terre et Tabac, Éditions du Niaouli, Nouméa, 1993.
Lieux, Éditions Grain de Sable, Nouméa, 1994.
Totem, Éditions Grain de Sable, Nouméa, 1997.
Lieux II, Éditions Grain de Sable, Nouméa, 2007.

Théâtre
Le Sentier Kaawenya, Éditions Grain de Sable, Nouméa, 1998.
Les dieux sont borgnes, avec Pierre Gope, Éditions Grain de sable, Nouméa, 2002.
Gli dei sono ciechi, traduction en italien de Les dieux sont borgnes, par Micaela Fenoglio, L’Harmattan, Turin, 2003.
« Couture à la maison Hagen », dans Ô saisons, ô châteaux !Ouvrage collectif, Nouméa, 1999.
La Commande, Éditions Traversées, Nouméa, 2004.

Roman 
Good night friend, Éditions Au vent des îles, Tahiti, Papeete, 2006.
Les heures italiques, Éditions Au vent des îles, Tahiti, Papeete, 2010. Lauréat du Prix Popaï de la littérature Calédonienne en 2011.

Jeunesse 
Iamelé et Willidone, illustré par Julie de Waligorski, Les Éditions du Bonhomme vert, Arles, 2007.


 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL